Littérature

Brigitte Giraud, Jour de courage

Brigitte Giraud, Jour de courage

Lors d’un exposé en cours d’histoire sur les premiers autodafés nazis, Livio, 17 ans, retrace l’incroyable parcours de Magnus Hirschfeld, ce médecin juif-allemand qui lutta pour l’égalité hommes-femmes et les droits des homosexuels dès le début du XXe siècle. Homosexuel, c’est précisément le mot que n’arrive pas à prononcer Livio : ni devant son amie Camille, dont il voit bien qu’elle est amoureuse de lui, ni devant ses parents. Magnus Hirschfeld pourrait-il parler pour lui ? Sous le regard interdit des élèves de sa classe, Livio accomplit alors ce qui ressemble à un coming out.

Deux histoires se mêlent et se répondent pour raconter ce qu’est le courage, celui d’un jeune homme prêt à se livrer, quitte à prendre feu, et celui d’un médecin qui résiste jusqu’à ce que sa bibliothèque de recherche soit brûlée vive. À un siècle de distance, est-il possible que Magnus Hirschfeld et Livio se heurtent à la même condamnation ?

Éditeur original : Flammarion

Critiques

  • Un livre truffé de digressions dont le principal avantage – pour ne pas dire le seul – a été de nous faire découvrir l’existence de Magnus Hirschfeld.
    Le Journal de Montréal, Karine Vilder, 24 août 2019
  • Rendre ce récit cohérent a dû demander un effort d’organisation qui ne se sent pourtant pas. Le lecteur ne lutte pas contre une structure qui le contraint mais au contraire le passage d’un point de vue à l’autre donne une impression de flottement et de grande liberté.
    Le Télégramme, Anaïs Ribot, 18 août 2019
  • Brigitte Giraud développe une écriture tendue et digressive sur ce destin. Rien n’est simple et binaire. En mêlant le récit du parcours de Livio au destin de Magnus Hirschfeld, elle réussit à nous faire partager deux histoires qui soulignent la dure réalité de l’incompréhension des hommes dans leurs différences.
    France TV Info, Franck Giroud, 4 septembre 2019
  • Ce que fait Brigitte Giraud en écrivant ce roman émouvant, c’est aussi parler du courage qu’il faut, toutes époques réunies, non seulement pour faire son coming out, mais tout simplement pour être soi-même.
    Elle n° 3846, Hélèna Villovitch, 6 septembre 2019
  • Fine observatrice du langage du corps, Brigitte n’est jamais meilleure que lorsqu’elle soumet ses personnages – et le lecteur avec – à la tension du huis clos. Circonscrit à la salle de classe, et à une heure d’exposé, « Jours de courage » prend des airs de tragédie classique. Une tragédie où s’entremêlent passé et présent par un jeu d’échos.
    Le Monde n° 23226, Christine Rousseau, 13 septembre 2019
  • Brigitte Giraud aborde un sujet d’importance dans ce onzième roman d’une évidente actualité, restituant très justement la fragilité et la solitude de son jeune héros. « Jour de courage » pèche malheureusement par déséquilibre, ici trop redondant, là trop elliptique.
    L’Express n° 3562, Delphine Peras, 9 octobre 2019
  • Ce roman, engagé, bruissant des échos de la société française à travers cette fenêtre ouverte sur une banlieue lyonnaise, décrit avec grande finesse ce qui ne peut se dire et comment faire avec. Le tout tient bien serré dans une intrigue que la deuxième partie rend d’autant plus poignante.
    Le Point, Valérie Marin La Meslée, novembre 2019

Comment here