Littérature

Olivier Dorchamps, Ceux que je suis

Olivier Dorchamps, Ceux que je suis

« Le Maroc, c’est un pays dont j’ai hérité un prénom que je passe ma vie à épeler et un bronzage permanent qui supporte mal l’hiver à Paris, surtout quand il s’agissait de trouver un petit boulot pour payer mes études. »

Marwan est français, un point c’est tout. Alors, comme ses deux frères, il ne comprend pas pourquoi leur père, garagiste à Clichy, a souhaité être enterré à Casablanca. Comme si le chagrin ne suffisait pas. Pourquoi leur imposer ça ?

C’est Marwan qui ira. C’est lui qui accompagnera le cercueil dans l’avion, tandis que le reste de la famille ­arrivera par la route. Et c’est à lui que sa grand-mère, dernier lien avec ce pays qu’il connaît mal, racontera toute l’histoire. L’incroyable histoire.

Éditeur original : Finitude

Critiques

  • L’auteur caméléon décoche ses coups avec délicatesse. Pas question de faire mal, ni d’écrire un roman à message, juste de mettre à bas nombre de préjugés.
    L’Express n° 3557, Marianne Payot, 4 septembre 2019
  • Un roman dont on goûte d’autant plus la justesse et la finesse qu’il aborde des sujets délicats […]. On est troublé par la faculté d’un jeune écrivain, originaire des bords chics du Léman, à se glisser dans la peau de Marwan.
    L’Obs n° 2861, Jérôme Garcin, 9 septembre 2019

Comment here