Littérature

Joël Baqué, L’arbre d’obéissance

Joël Baqué, L’arbre d'obéissance

Dans la Syrie du IVe siècle, un homme, Syméon, décide de quitter son monastère et de vivre une expérience de solitude et d’ascétisme plus radicale encore. Il s’installe nuit et jour, dans le désert, au sommet d’une colonne de pierre pour prier et jeûner, devenant ainsi le premier stylite de l’histoire.
Un autre homme, Théodoret, entreprend de retracer cette existence, partagé entre admiration, trouble et jalousie. Lui-même décide tout jeune de quitter sa famille pour rejoindre un monastère. Il connaît ainsi toute une série d’aventures étranges et burlesques. Il y fait la connaissance de Syméon et décidera de raconter sa vie après avoir suivi ses pérégrinations dans le désert jusqu’à sa colonne.

À travers l’histoire de Syméon, Théodoret raconte aussi la sienne, celle d’un ascète qui a échoué, mais surtout celle d’une vocation d’écrivain. Deux récits de vie s’entrecroisent avec ces destins hors du commun. Joël Baqué endosse les habits de Théodoret. Il raconte à sa façon, et à la première personne, avec humour et fascination, cette quête folle d’idéal et de solitude, jusqu’à la destruction de soi. Une énigme contemporaine, autant sur le don de soi et le désir mystique que sur l’écriture et la volonté de témoigner de la vie des autres.

Éditeur original : P.O.L

Critiques

  • D’une plume bien ciselée, mais plus terrienne que spirituelle, et qui ne cherche jamais à expliquer cette étonnante pratique, Joël Baqué, ancien CRS auteur de quatre livres, conduit son lecteur sur les traces d’un saint.
    La Croix n° 41495, Mélinée Le Priol, 31 août 2019
  • On saisit la métaphore qui fait écho à notre aujourd’hui, mais elle s’avère un peu laborieuse dans son érudition et un rien peine-à-jouir dans son écriture chantournée.
    Les Inrockuptibles n° 1237, 14 août 2019
  • L’éclectique Joël Baqué poursuit l’édification d’une œuvre travaillée par la solitude et un certain goût pour l’absolu, dont la tendance à l’ironie ne dissimule pas la foi à l’égard de la littérature.
    Le Monde n° 23238, Raphaëlle Leyris, 27 septembre 2019
  • C’est de ce Syméon le Stylite qui, dans la Syrie du début du ve siècle, décida de « mourir au monde » pour se rapprocher de Dieu, que Joël Baqué a décidé de faire le héros de son dernier roman. À sa manière, évidemment, tout en profondeur et avec cette fine ironie dans le coin de la plume.
    Telerama n° 3637, Stéphane Ehles, 25 septembre 2019, TTT

Comment here