Littérature

Mathieu Deslandes et Zineb Dryef, Soir de fête

Mathieu Deslandes et Zineb Dryef, Soir de fête

Octobre 2017 : l’affaire Weinstein explose et avec elle naît le mouvement MeToo. Quelques semaines plus tard, à la suite d’un enterrement, Mathieu Deslandes apprend un secret de famille : son grand-père était né d’un viol. Zineb Dryef travaille alors à un documentaire sur la « zone grise » entre consentement et viol. Elle et Mathieu sont en couple. Leur dialogue le conduit à s’interroger sur son histoire familiale, tue pendant presque cent ans.

Car à Sougy, le village de la Beauce d’où sa famille est originaire, lorsque son grand-père naît au printemps 1923, on ne dénombre pas un, mais trois enfants nés hors mariage, pour quatre grossesses… Neuf mois précisément après le bal annuel, en août 1922. Ce soir-là, toute la jeunesse locale avait dansé. Et les garçons s’étaient mis en tête d’aller plus loin, chacun entraînant une fille dans les chemins alentours. Or d’après la vieille dame qui raconte l’histoire à Mathieu, les filles n’étaient pas consentantes.
Mois après mois, Mathieu Deslandes mène l’enquête, questionne, remue les souvenirs et les archives pour comprendre ce qui s’est vraiment passé. Il raconte un village, ses silences, une France qui paraît lointaine et qui a pourtant mis longtemps à évoluer. Il dit les résonnances de l’événement, génération après génération. Son enquête est nourrie du regard de Zineb, de leurs discussions. Elle-même y trouve un écho avec sa propre histoire.

Dans ce texte original mêlant les genres et les voix sur les traces d’une mémoire oubliée, Mathieu Deslandes et Zineb Dryef montrent que le consentement, loin d’être un problème nouveau, est une question dont l’histoire reste à écrire. Ils élaborent un récit de ce qui n’a pas été dit, comme une libération rétrospective de la parole : un projet nécessaire et une excellente autopsie de la culture du viol. Combien de jeunes filles, un soir de fête, ont subi le même sort que celles de Sougy – et n’en ont jamais parlé ?

Éditeur original : Grasset

Critiques

  • Avec sa compagne Zineb Dryef qui travaille sur la notion du consentement, le journaliste se lance alors dans une enquête historique et familiale pour déconstruire cent ans de culture du viol en France et dire le poids du silence et les blessures de la honte.
    Les Inrockuptibles n° 1237, 14 août 2019
  • Ensemble, inventant une forme hybride entre le roman historique et l’enquête intimiste, ils ont plongé dans le passé trouble du petit village de 845 habitants […]. Alternant les reconstitutions historiques, les récits d’enquête et les chapitres de conversation entre Mathieu et Zineb, ce livre invente en effet son propre genre un peu indéfinissable.
    Le Devoir, Philippe Couture, 3 septembre 2019
  • Récit historique mais aussi délicate réflexion sur la culture du viol, le silence et le genre.
    Le Monde n° 23220, 6 septembre 2019
  • Ce drame, porté à sa connaissance il y a deux ans, lui permet aujourd’hui de confronter un siècle de domination masculine à travers le livre enquête saisissant qu’il a écrit avec sa femme.
    Marie-Claire n° 805, septembre 2019

Comment here