Littérature

Christine Montalbetti, Mon ancêtre poisson

Christine Montalbetti, Mon ancêtre poisson

Ce roman doit autant à l’imagination qu’à une reconstitution familiale et historique. Christine Montalbetti part sur les traces de son arrière-arrière-grand-père, botaniste au Jardin des Plantes de Paris dès l’âge de neuf ans. Elle s’adresse directement à lui dans une complicité littéraire étonnante. Son nom ? Poisson. « Un nom idéal pour un ancêtre, puisqu’il paraît que c’est du poisson que nous venons ».

Jules Poisson est né en 1833. Il verra le monde se transformer jusqu’à sa mort en 1919. Nous faisons avec lui cette traversée du XIXe et des débuts du XXe siècle. Jules a vécu le terrible siège de Paris en 1870, et toute la guerre de 1914. Passant de la bougie à la lampe, il a connu l’invention du cinéma, des appareils qui enregistrent la voix. La narratrice mène l’enquête : archives familiales, état civil, correspondances et articles scientifiques… Elle sonde les légendes familiales, des histoires bien étranges. Il y a la vie de Jules, herborisant, menant ses expériences au laboratoire, proche des plantes et de la nature, une figure de savant distrait, plutôt lumineuse. Et sa vie meurtrie (on apprendra pourquoi), sa part fantasque, sombre, presque un côté Jekyll. Dont une anecdote mille fois racontée et pourtant au bord de l’indicible et de l’horreur. Ainsi, à mesure que l’histoire du monde se tend, celle de Jules se trouble, confronté à l’histoire tragique de son fils Eugène parti vivre en Afrique.

Éditeur original : P.O.L

Critiques

  • Le roman familial est ainsi passé au détergent de l’humour fou […]. Christine Montalbetti, telle une Vulcaine, force les traits à grands coups de marteau sur l’enclume de son roman familial.
    Les Inrockuptibles n° 1240, Gérard Lefort, 4 septembre 2019
  • Entre les deux, l’aïeul né en 1833 et l’écrivain, son arrière-arrière-petite-fille, moins un arbre généalogique qu’une ramification de récits, une trame de romans, éclos dans cet atelier d’écriture informel et permanent qu’est la famille, puis rewrités, refondus, augmentés dans Mon ancêtre Poisson.
    Transfuge n° 131, Damien Aubel, septembre 2019
  • Comme à son habitude, Christine Montalbetti interpelle de manière ludique ses lecteurs. Mais sans doute le fait-elle ici d’une manière d’autant plus joyeuse que la connivence qu’elle instaure permet à son « ancêtre Poisson » disparu d’entrer dans la galerie de portraits de tous nos ancêtres.
    Le Monde n° 23274, Florence Bouchy, 8 novembre 2019
  • La romancière de « l’Origine de l’homme » et de « Trouville Casino » enquête moins sur son ancêtre lunaire et panthéiste qu’elle ne s’ingénie à le faire revenir parmi nous, dans ce jardin des Plantes qui défie le temps sous un vent léger et dans une prose florissante.
    L’Obs, Jérôme Garcin, 15 novembre 2019
  • Nous aimerions faire quelques pas avec ce fantôme des jardins que l’écriture chavirante et fantasque de la narratrice fait revivre avec un immense talent de rêveuse hypnotique.
    Telerama n° 3632, Christine Ferniot, 21 août 2019

Comment here