Littérature

Alexandre Labruffe, Chronique d’une station-service

Alexandre Labruffe, Chronique d'une station-service

« Je me dis que si la station-service explosait par accident, si je mourais sur mon lieu de travail et qu’un archéologue découvrait, dans cent ans, sur les ruines de son chantier, les morceaux de mon squelette d’athlète, mon crâne atypique, ma gourmette en or, à moitié calcinée, agrégée de pétrole et d’acier, il me déclarerait trésor national et je serais exposé au musée des Arts premiers. »

Pour tromper l’ennui de son héros pompiste, Alexandre Labruffe multiplie les intrigues minimalistes, les fausses pistes accidentelles et les quiproquos
érotiques. Comme s’il lui fallait sonder l’épicentre de la banalité contemporaine – un commerce en panne de sens, sinon d’essence – avant d’en extraire les matières premières d’une imagination déjantée.

Éditeur original : Gallimard, collection Verticales

Critiques

  • C’est drôle, juste, étrange, original, frais, angoissant […]. C’est un véritable plaisir de lecture, une découverte fulgurante, en même temps qu’un appel au secours.
    Le Figaro Magazine n° 23340 et 23341, Frédéric Beigbeder, 30 et 31 août 2019
  • Adepte d’une philosophie de comptoir, ce narrateur pompiste devient comique malgré lui sous la plume alerte et malicieuse de l’auteur. […] Un premier roman réjouissant.
    Les Inrockuptibles n° 1237, 14 août 2019
  • Au fil des pages, toutes les classes sociales et tous les types de personnages se croisent. Le lecteur observe le monde à travers les yeux du pompiste. Drôle souvent, profond sans en avoir l’air, ce roman nous embarque dans les divagations du héros, dans ses rêves et dans une sorte de voyage immobile.
    Europe 1, Nicolas Carreau, 24 septembre 2019

Comment here