LittératureBD

Jean-Yves Ferri et Didier Conrad, La fille de Vercingétorix

Jean-Yves Ferri et Didier Conrad, La fille de Vercingétorix

C’est la fin d’un grand mystère ! Depuis le mois de janvier dernier, Jean-Yves Ferri et Didier Conrad, les auteurs de « La Fille de Vercingétorix », le 38e album d’Astérix à paraître le 24 octobre prochain, délivrent au compte-gouttes les infos relatives à l’arrivée au village d’un invité de marque. Ce matin, lors d’une conférence de presse, ils ont révélé le scoop tant attendu : l’invité de marque est une invitée, et son nom est Adrénaline !

Au centre de la couverture du nouvel opus, Adrénaline, recherchée par les armées de Jules César, porte fièrement le torque de son grand chef gaulois de père et ne compte pas se laisser faire.

Éditeur BD : Albert René

Critiques

  • Des gags à gogo, des trouvailles de scénario mais aussi graphique à chaque page, un rythme effréné : « La Fille de Vercingétorix » a vraiment tout pour séduire. Tout en respectant les fondamentaux.
    Le Parisien n° 23372, Christophe Levent, 24 ocotobre 2019, 4/5
  • Dans le fond, c’est comme si, avec « La fille de Vercingétorix », Ferri et Conrad n’avaient fait que prendre des scènes d’albums précédents et les avaient cuites trop longtemps dans un gros chaudron pour en tirer une potion fade, plus du tout magique.
    Libération, Quentin Girard, 24 octobre 2019
  • Une histoire très contemporaine, avec quelques références à l’actualité de la part de jeunes qui ne veulent plus reproduire la vie de leurs parents. On retrouve chez Ferry la verve de Goscinny, servie par un trait digne des meilleures années d’Uderzo.
    L’Indépendant n° 298, Michel Litout, 26 octobre 2019
  • Avec l’arrivée d’Adrénaline, la série prend un vrai coup de jeune. L’ado 2019 fait irruption dans la saga. Une lampée de potion juvénile grâce à cette nouvelle génération connectée… Sans oublier de rendre hommage aux grands anciens.
    Le Figaro n° 23387, Olivier Delcroix, 24 octobre 2019

Comment here